Cristina Ali Farah


Ubah Cristina Ali Farah (née à Vérone en 1973) a grandi à Mogadiscio de 1976 jusqu’à la guerre civile en 1991. De père somalien et de mère italienne, elle a pu trouver refuge en Italie. Avec son premier roman, Madre piccola, publié en 2007, traduit en anglais mais pas en français, elle s’est affirmée comme la représentante la plus puissante de toute une génération d’écrivaines italophones originaires de la Corne de l’Afrique (Somalie, Erythrée, Ethiopie). Elle nous y livre un kaléidoscope saisissant sur la diaspora somalienne, racon- tée comme une histoire-monde. Ces récits en partie inédits dans la langue originale forment le premier ouvrage de l’écrivaine traduite en français : Un sambouk traverse la mer, meet 2020. Une grande voix s’y fait entendre, que l’on n’est pas près d’oublier.
Elle était en résidence à Saint-Nazaire en 2017.